4 janvier 2017

Dans l’intimité du champion

LOUISON BOBET, UNE VÉLOBIOGRAPHIE par Jean BOBET

Jean est le frère cadet de Louison Bobet. Et son parcours mérite toute notre attention de cyclistes passionnés. Coureur de valeur s’octroyant de belles victoires au détour des années 50 — il remporte en particulier Paris-Nice en 1955, l’année même de la troisième victoire triomphale de Louison sur le Tour — il devient au lendemain de sa carrière un journaliste sportif de renom, collaborateur permanent de L’Équipe, et ne tarde pas à publier ses premiers livres sur le thème du vélo, certains dévoilant quelques pans magnifiques de l’intimité d’une famille Bobet embrigadée dans la passion cycliste.

Louison Bobet, une vélobiographie est un ouvrage singulier. Sans doute parce que les circonstances de son écriture, qui s’étale entre 1957 et 1958, sont originales. Jean, qui compte encore parmi les coureurs du peloton professionnel, se voit proposer le projet alors qu’il s’apprête à défier les pavés du Nord. Antoine Blondin, qui signe la préface du livre, raconte formidablement le moment où le «professeur» (des études de Lettres et d’Anglais couronnées de succès et le port de lunettes lui valant ce surnom) s’est lancé dans cette aventure littéraire :

«Voici donc l’homme auquel, il y a tout juste un an, on est venu demander d’écrire un livre sur son frère. C’était au départ de Paris-Roubaix, la plus belle des courses classiques, la plus inexorable. Le «professeur», la poitrine bardée de papier journal (et pas pour lire en route), les suisses luisantes d’embrocation, les lunettes dégoulinantes, n’était pas exactement joli. Il vissa des écrous, serra des câbles, rectifia des courroies, puis dit simplement «Je vais y réfléchir…» Deux cent quarante-huit kilomètres plus loin, accomplis à plus de quarante de moyenne, titubant sur le gazon du vélodrome de Roubaix, il dit que c’était oui… huit mois plus tard, il dit que c’était fait.» 

L’originalité de ce livre réside également dans le fait qu’il est créé sur le vif. Dans le vif du sujet. Au moment où Jean raconte Louison, se remémore des instants d’enfance ou décrit le panache du champion, l’histoire suit son cours. Louison est toujours un des acteurs principaux des classiques et des grands tours. Frères de sang, ils sont également équipiers dans une équipe qui joue les premiers rôles. L’actualité cycliste vient régulièrement s’immiscer dans le récit familial et anecdotique, et confère donc une saveur exceptionnelle à ce témoignage de quelque 220 pages qui s’achève par une mention simple et jubilatoire : «Allez, Louison !».

--

LOUISON BOBET, une vélobiographie

par Jean Bobet.

Collection La petite vermillon (n° 192), La Table Ronde

Parution : 09-06-2016

Histoires associées

Si, comme nous, vous cultivez votre pratique cycliste bien au-delà du macadam, découvrez cette expérience hors norme racontée par Nicolas Lormeau sur la scène de la Comédie Fr [...]

Lire

Quand l’art rencontre le sport. [Re]-Découvrez le style subtil de l'illustrateur anglais Guy Allen, qui de l’automobile de luxe au cyclisme, retranscrit la fusion qui unit le [...]

Lire

En 1952 comme en 2018, Paris-Nice marque le début de la saison des courses à étapes majeures. Retour en histoire et en mots sur la Course au Soleil comme on aime l’appeler…

Lire

Quand un véritable passionné de vélo sur le long court, met à profit son talent et son énergie au profit de l'âge d'or du Tour, cela donne un nouvel ouvrage à découvrir maintenant…

Lire

La 101e édition du Giro d’Italia s’est élancée pour trois semaines de course le 4 mai dernier. Retour sur les faits marquants de la carrière du champion face à cet autre monument…

Lire