ECONOMISEZ 15% sur votre 1ère commande avec le CODE : LBCC15

20 février 2018

Des rêves plein les jambes

Rencontre avec Arnaud Manzanini

> Read in English <

Arnaud Manzanini est un cycliste au long cours. Un amoureux de l'effort solitaire qui se réjouit cependant de toutes les opportunités de rouler en groupe. Finisher de la fameuse Race Across America à deux reprises, il est linstigateur dune nouvelle épreuve danthologie qui se déroulera pour la première fois en 2018 : la Race Across France. Louison Bobet a décidé de soutenir ce cycliste élégant. Rencontre aujourd’hui avec lhomme de défi et de partage.

 

Le premier vélo

Je me souviens parfaitement de mon premier vélo. Mon premier vélo était de couleur vert bouteille avec des pneus de 32 je pense. Je devais avoir 6 ans. Je men souviens très bien. À l’époque, il est synonyme de liberté, associé aux premières sensations de vitesse. Le vélo est un formidable vecteur d’émotion. Jai eu en mains mon premier vélo à l’âge de 4 ans lors dune compétition remportée par mon cousin qui gagnait toutes les courses auxquelles il participait en Lombardie. Cest drôle, mais jai encore les images, les sons, les odeurs de cette ferveur autour de la course et de tous ces coureurs coiffés avec des casques à boudin. Boney M. crachait par les haut-parleurs à l’époque«Rivers of Babylon».

Dès l’âge de 10 ans, jorganisais déjà mes premières courses de quartier à lintérieur du lotissement où je résidais avec mes parents. Les enfants de mon âge navaient pas le choix. Eux voulaient faire une partie de foot mais moi, c’était le vélo. Jai dailleurs failli mourir plusieurs fois en ne respectant aucun stop tout en coupant les virages, allant jusqu’à me faire poursuivre par un automobiliste furieux et terrorisé par la peur que je lui avais provoqué en déboulant dun carrefour et venant lécher son pare-choc. Époque formidable. Libre et insouciant. Javais déjà la tête dans les étoiles. Si je pouvais, parmi une sélection de moments de ma vie, revivre celui-ci juste 5 minutes, ce serait le pied ! 

 

Le rituel vélo

Pas vraiment dhabitudes ou de superstition, même si je mets toujours la chaussure gauche en premier, puis ma veste le bras droit en premier et monte sur mon vélo la jambe droite la première. Ça fait pas mal dhabitudes en fait !!

Avant de m’élancer, je veille à ce que le parcours prévu soit correctement téléchargé sur mon Wahoo. Et je suis toujours très attentif aux toutes premières sensations physiques. Mon iPhone est présent dans ma poche arrière à toutes mes sorties ainsi que mes AirPods et mon apple Watch au poignet. Je peux ainsi contrôler les appels, les messages mais surtout la musique. Cela me permet également d’être tracé par ma compagne, de prévenir en cas de nécessité mais surtout de prendre des notes de toutes les pensées ou idées qui me viennent sur le vélo. La RAAF* et tout ce qui va venir autour sont nés en grande partie dune sortie dentraînement. 

*Race Across France

L’élégance cycliste

Je ne sais pas si le résultat est élégant mais je suis soucieux de lharmonie des vêtements que je porte. En essayant dy associer les bonnes couleurs, les bonnes matières. Ma compagne travaille dans la mode homme et ma éduqué sur de nombreux aspects dun vêtement, sa confection, le confort quil procure et  sa durée de vie. Lassociation des matières et des couleurs ainsi que le style dégagé par le vêtement sont importants pour moi, je dois bien lavouer.

Mon style de pédalage est venu avec lexpérience longue distance. Cette pratique vous oblige à pédaler à l’économie tout en allant vite. La souplesse est donc primordiale tout en emmenant un braquet important. Jessaie de pédaler le plus rond possible.

 

Limaginaire cycliste

Je ne suis pas fan dun coureur en particulier mais le souvenir le plus marquant pour moi date du 27 mai 1986 lors dune arrivée du Dauphiné Libéré face à l’église de Gueugnon, ville où jai grandi, avec la victoire de Laurent Fignon. À cette époque, les coureurs étaient accessibles. Pas de grillage, de bus aux vitres teintées et donc, je me suis retrouvé nez à nez avec Joop Zoetemelk et son beau maillot de Champion du Monde. Nos regards se sont croisés et il ma tendu son bidon aux couleurs d’une marque de soda connue de tous, avec lequel il venait de courir. Si un jour jai lopportunité de le croiser à nouveau, je lui raconterai cet instant avec un immense plaisir. 

Le terrain de jeu

Je suis un cycliste du monde tout simplement et revendique fièrement mes marques de bronzageComme certains peuvent montrer une blessure de guerre. Jadore rouler dans Paris tout en respectant le code de la route, en étant protégé et visible. Cela génère beaucoup dadrénaline de rouler fort dans un tel environnement, entre les voitures et entouré de monuments et de lhistoire de la France. Jadorerais suivre un coursier une journédans Paris.

De nature, je m’émerveille pour peu de choses et estime avoir beaucoup de chance d’être là où je suis. Alors, rouler dans Paris est un réel plaisir pour moi. Pour les phases dentraînement je suis plutôt campagne. Étant nouveau Parisien depuis juin dernier, jai découvert grâce au Classics Challenge de François Paoletti des magnifiques parcours. Jai ainsi été voir la mer à deux reprises en octobre et le printemps me tarde pour y retourner. Quand je dispose de moins de deux heures, je vais rouler à Longchamp où lallure élevée ma vraiment surpris lors de mon arrivée. Puis, je me suis mis à rouler devant et jai rapidement gagné en force. Les rides du mardi et jeudi soir sont de véritables critériums de haut niveau. Cest aussi loccasion de faire de belles rencontres. Entre deux et quatre heures, je vais en Vallée de Chevreuse pour profiter de ses beaux paysages à l’écart de la circulation et des petites routes de campagne. Au-delà, japprécie les longues sorties pour ensuite rentrer en train, ce qui me permet de découvrir de formidables panoramas.

J'ai rencontré les paysages les plus marquants à l'occasion de la traversée des états de lUtah et du Colorado. Cette traversée des terres rouges a été un véritable moment d’émotion. Jai essayé denregistrer dans ma mémoire chaque instant pour quen refermant les yeux, je puisse à tout moment me projeter. La traversée de Monument Valley de nuit a été magique sous un ciel étoilé. Le plus bel état reste le Colorado et ses 52 sommets de plus de 4 270 mètres. Rouler avec de tels paysages est euphorisant et jai apprécié chaque mètre roulé sur cette route.

 

La philosophie de leffort

Le cyclisme est un des plus beaux sports collectifs. En phase de préparation, je roule seul pour mhabituer à ce type d’effort, à la solitude et à la prise au vent. Mais je dois avouer qu’à la fin de ma préparation pour la RAAM*, j’étais content de rencontrer du monde et de retrouver le monde civilisé après toutes ces heures sur le vélo. Ce sont malgré tout des moments que japprécie car ils me permettent une grande réflexion sur les actions que je mène et mapportent de nouvelles idées pour les années à venir. Le reste du temps, rien ne vaut une belle sortie vélo entre passionnés. Quel que soit le niveau, tu passes un bon moment en groupe et le temps passe beaucoup plus vite. Des organisations comme le Classics Challenge ou Chilkoot sont extraordinaires. Chaque participant peut vivre des moments inoubliables, forts en émotion, associés à des rencontres totalement improbables. Je suis sûr que la Race Across France le permettra aussi.

*Race Across America 

La pratique

Je suis heureux sur un vélo. Vic Amijo, qui couvre la Race Across America en tant que reporter, ma suivi sur cette même épreuve en 2015 et ma pris en photo alors que je traversais le désert en pleine journée par 50 degrés. Quand il a publié la photo, il l'a titrée : «La seule fois où Arnaud na pas eu le sourire au lèvres.»

Ce que jaime par-dessus tout, cest de partir avant le lever du jour et rentrer après le coucher du soleil. Peu importe le nombre de kilomètres parcourus dans la journée. Une fois rentré, vous êtes «aligné» avec vous-même. Vous avez eu le temps dextérioriser votre colère, de rire aux éclats en pensant au gens que vous aimez, de faire de belles rencontres si vous en prenez le temps et vous relativisez pas mal de choses. Vous êtes bien.

 Louison dhier et daujourdhui 

Jai un profond respect pour lhomme avant tout. Ce que je trouve respectable, cest la prise de conscience et la lucidité associées au courage que Louison Bobet a eu de se projeter dans une autre vie que celle quil avait toujours connue, avec le même courage, la même volonté que sur le vélo. La prise de risque a été payante pour cet homme que le panache distinguait. Le sportif quil était est un mythe. Prenez le temps de consulter son palmarès. Cest impressionnant.

Japprécie le discours, la vision de la marque à moyen et long terme, ainsi que la franchise dans le discours de ses représentants. De plus, les vêtements sont le fruit dun long travail de sourcing des matières et d'une sélection des meilleurs ateliers pour lassemblage. Comme je lai expliqué, comprendre lorigine de ce que je porte et pourquoi telle matière plutôt quune autre a été choisie est important à mes yeux. 

La création de la marque Louison Bobet, un 11 juillet, date de mon anniversaire, minspire la continuité dune légende, dune histoire inspirée par lADN du champion. Cest l’élégance du personnage associée au panache du champion quil était. Louison Bobet représente les racines du sport français. Quel honneur den être lambassadeur ! 

Les projets

Lactualité du moment est le lancement de la Race Across France, épreuve dont jai eu lidée en 2014 et qui, grâce à toute une équipe de bénévoles, voit le jour. Nous souhaitons installer cette pratique du cyclisme que les Français ont encore à découvrir. Lancer un tel projet et faire vivre de tels moments à des passionnés, de jour comme de nuit, à travers la France et ses routes légendaires est passionnant.

Pour ce qui est des projets, jen ai en réserve plus quil nen faut. Que cela relève du personnel, du professionnel ou du sportif, un carnet de notes mest nécessaire pour ne rien oublier au quotidien, me permettant ainsi de les faire avancer régulièrement et de front. Certains projets, comme la sortie d’un livre retraçant mon aventure à travers les USA se sont formalisés récemment, et les autres verront le jour dans deux ou trois ans. Retourner sur la RAAM est dactualité pour 2019 et je prépare un gros projet pour 2020. Cela ne peut se faire sans laide de partenaires et dune équipe. Nous sommes à la recherche dune personne pour superviser le projet dans son ensemble - et déjà des liens se tissent…

Le moment cycliste planifié pour 2018 est d’être au départ de la première RAAF pour la vivre de lintérieur et pour m’inscrire dans lhistoire. Cela me donnera loccasion de grimper le Ventoux pour la toute première fois (non, ce nest pas une blague !), sur les traces de Louison Bobet, n’est-ce pas...

--

--

Photos : Arnaud Manzanini © Rohands / F. Paoletti / Loïc G - Loguen

Prolongez les histoires avec Arnaud sur :

Instagram - Race Across France - Film Dreams Across America

Produits à découvrir
Histoires associées

Rencontre avec ceux et celles qui contribuent à l’expérience Louison Bobet. Direction la Côte atlantique française, du côté de La Rochelle, pour y découvrir un cycliste à la p [...]

Lire

Nouvelle série pour 2018. Rencontre avec ceux et celles qui contribuent à l'expérience Louison Bobet. 1er exercice du genre avec celui qui se cache derrière le Classics Challenge…

Lire