15 septembre 2016

La part de l’impondérable

TOUR DE FRANCE RANDONNEUR 

FIN DE L’ACTE 1

Envisager un tour de la France comme on dessine un tour de cadran, dans le sens des aiguilles d’une montre, c’est chose aisée sur le papier et tout randonneur expérimenté, porté par l’élan de son imaginaire, peut projeter de se lancer dans une telle aventure. Explorateur des paysages éternels de la France, aventurier des routes secondaires, grimpeur solitaire vers la majesté des sommets.

Victor a préparé son expédition avec soin et méthode. Il s’est bien entraîné, il s’est équipé en tous domaines de l’essentiel (randonneuse, sac de couchage, vêtements, GPS et mobile) et a choisi avec sagesse son itinéraire, privilégiant les voies alternatives, notamment dans Sud-Est, éloignées de la route de la côte, quitte à perdre en prestige et en vue panoramique sur la mer, ce que la tranquillité et la sécurité sur le vélo avaient à y gagner. 

Pour l’étape 8, au départ de Jausiers, il n’a pas hésité à décoller bien avant le lever du jour. «Dans le noir, sans voir ce qui restait à faire, la Bonnette était une incroyable expérience». Après une ascension de 24 km à 6,7% de moyenne (avec des passages à plus de 9%), il avait rendez-vous avec le lever du jour, le soleil venant saluer son passage au col. Radieux.

Avec la bascule, son périple plongeait dans le jour et la chaleur du Sud.

Ce parcours menant vers la Côte d’Azur n’avait rien d’une longue glissade vers les eaux tranquilles de la Méditerranée. Le relief en forme de montagnes russes continuait de solliciter violemment l’organisme. Pas moins que le col de la Colmiane et du Turini, de vraies références, pour épicer une journée à vélo, dans la lumière, certes, mais aussi dans une chaleur omniprésente. Dans de telles conditions, la déshydratation gagnait, et Victor eut bien du mal à absorber suffisamment de liquides, et de solides, pour éviter la panne sèche. En fin d’après-midi, à son arrivée à Tourrettes-sur-Loup sur les hauteurs de Cagnes sur mer, il pouvait éprouver une fatigue légitime. Une nouvelle fois l’exceptionnel était de mise. 230 km et 4 867 m de dénivelé positif. Non, rien d’une descente. Avec comme témoignage, une petite douleur au genou droit…

Le lendemain, le tour de Victor prenait des allures de grande transhumance. Une sorte de haute route sur ces voies préservées du Haut Var qui semblent hésiter entre rappel de la montagne et paysages plus accueillants de la Provence. Un passage par les Gorges du Verdon dont la profondeur rappelle que l’on évolue en altitude et que le relief continue de jouer avec la condition physique du randonneur. Les bords de la Durance au sud du Luberon. Autant de lieux de villégiatures que les touristes du monde entier viennent admirer chaque été… mais plutôt dans le confort d’une voiture.

Victor en a pris plein les yeux. Comme il le dit «La France est un pays magnifique et accueillant, à 99%». Mais 250 km de bonheur à vélo ont réveillé une douleur déjà rencontrée par le passé, lors de Paris-Brest-Paris. Du côté du genou droit, c’est maintenant la pleine inflammation. Attendre, la nuit porte conseil… 

Le lendemain, rapidement, la cause était entendue. Douleur constante et sans relâche. Ce qu’on appelle une panne mécanique. Que seule l’épreuve de la route et la part d’impondérable ne permettent pas d’anticiper. Et un genou, cela ne se répare pas comme on change une chambre à air.

Après une «promenade» de 60 km jusqu’à Aigues-Mortes, Victor bouclait la première moitié de son tour de France randonneur. L’objectif restant aussi le plaisir et de ne pas jouer avec sa santé, il prenait date. En 2017 viendra la seconde partie. Avec les Pyrénées et toute la remontée de la côte Ouest. Un vrai beau programme. S’il nous en donne cette chance, nous serons à nouveau au rendez-vous.

--

Photos : Victor Decouard (depuis sa randonneuse)

#ridingwithpanache #etredanslallure

Histoires associées

La capitale revisite ses classiques. Chaque mois, revivez un parcours mythique au départ de Paris avec Louison Bobet...

Lire

La capitale revisite ses classiques. Chaque mois, revivez un parcours mythique au départ de Paris avec Louison Bobet...

Lire

La capitale revisite ses classiques. Chaque mois, revivez un parcours mythique au départ de Paris avec Louison Bobet...

Lire

Retour sur l’excellente performance de notre cycliste au féminin, Laurianne, arrivée 2eme de la TIME Megève Mont Blanc 2018, équipée de la nouvelle tenue CRITERIUM Femme, à ve [...]

Lire

Il existe des initiatives sportives uniques qui invitent au respect. La RACE ACROSS FRANCE 2018 en fait désormais partie. Découvrez ce qui fait de cet événement hors normes un [...]

Lire