12 juin 2015

Louis Malle célèbre le Tour

LE RÉALISATEUR DÉVOILE DES IMAGES INÉDITES DE LA GRANDE BOUCLE DANS UN FILM DOCUMENTAIRE QUI FAIT RÉFÉRENCE

«Vive le Tour» n’est certainement pas le film le plus connu du cinéaste Louis Malle. Mais il compte sans doute parmi les plus originaux. Ce court-métrage réalisé en 1962 place le spectateur au cœur du peloton. Les couleurs vives des maillots, la rumeur fervente de la foule, la douleur et les exploits jaillissent littéralement de l’écran.

18 minutes suffisent à saisir l’essentiel. La caméra de Louis Malle s’invite parmi les coureurs et présente le Tour de France sous un nouvel angle. «Vive le Tour» laisse l’écho du peloton, brut et surprenant, s’immiscer dans l’oreille du spectateur. Le commentaire vient interrompre parfois le son original pour décrire un fait de course, rappeler la réalité de l’équipier lorsque le ravitaillement manque ou que la chute est lourde. Une décennie avant «The Greatest Show On Earth», film au long cours tourné pendant le Giro 1974 qui glorifie un Eddy Merckx au sommet de sa gloire, le documentaire de Louis Malle crée un précédent cinématographique.

Cette production conjugue les talents. Louis Malle, dont des réalisations comme «Ascenseur pour l’échafaud» en 1957 et «Zazie dans le métro» en 1960 lui valent la reconnaissance, revient au format documentaire après le succès rencontré par «Le monde du silence» co-réalisé avec Jacques-Yves Cousteau en 1955. Georges Delerue affirme, dans cet exercice difficile de l’illustration musicale, des talents de compositeur qui lui vaudront de travailler avec des réalisateurs comme François Truffaut et Jean-Luc Godard. Jean Bobet, le frère de Louison, s’illustre quant à lui par la qualité de sa narration, affirmant son expertise et son ton journalistique.

1962, date du tournage de «Vive le Tour», est une année particulière pour la compétition cycliste. Jacques Anquetil remporte la Grande boucle et égalise le total de trois victoires de Louison Bobet qui vient de mettre un terme à sa carrière. Sur cette édition qui marque le retour des marques et de leurs maillots distinctifs, un autre talent français se fait connaître du public. Raymond Poulidor termine 3e pour son premier Tour.

Le film :

Histoires associées

La 101e édition du Giro d’Italia s’est élancée pour trois semaines de course le 4 mai dernier. Retour sur les faits marquants de la carrière du champion face à cet autre monument…

Lire

Quand l’art rencontre le sport. [Re]-Découvrez le style subtil de l'illustrateur anglais Guy Allen, qui de l’automobile de luxe au cyclisme, retranscrit la fusion qui unit le [...]

Lire

Si, comme nous, vous cultivez votre pratique cycliste bien au-delà du macadam, découvrez cette expérience hors norme racontée par Nicolas Lormeau sur la scène de la Comédie Fr [...]

Lire

Quand un véritable passionné de vélo sur le long court, met à profit son talent et son énergie au profit de l'âge d'or du Tour, cela donne un nouvel ouvrage à découvrir maintenant…

Lire

En 1952 comme en 2018, Paris-Nice marque le début de la saison des courses à étapes majeures. Retour en histoire et en mots sur la Course au Soleil comme on aime l’appeler…

Lire