15 mars 2018

Une parfaite illustration du cyclisme

AVEC GUY ALLEN

Le vélo partage avec les autres sports dits «mécaniques» une véritable culture de l’excellence. Cette culture s’applique au geste, quand le pédalage, à l’instar du pilotage, est travaillé et optimisé. Elle s’applique également à la ligne de la machine, quand le trait est soigné, étudié et parfait. C’est dans ce registre que s’exprime le talent de l’illustrateur anglais Guy Allen.

Ce n’est qu’en 2004 que Guy Allen, fan de sport automobile depuis de nombreuses années, a décidé de se consacrer entièrement à sa passion. Rapidement, ses illustrations réalistes et colorées lui ont valu de rencontrer un beau succès auprès de clients du monde de la presse, tels que les fameux Classic & Sports Car Magazine ou Motor Sport Magazine, des éditeurs de renom comme Penguin et des constructeurs automobiles les plus prestigieux comme Porsche et Lotus.

La puissance du dessin de Guy Allen réside dans le réalisme des mouvements et la qualité des perspectives. Les «instants de grâce» automobiles, la sortie de courbe ou l’accélération franche, sont fidèlement et subtilement restitués et installent le spectateur dans le décor. Une capacité qui a poussé l’illustrateur à proposer, depuis quelques années, des séries limitées mettant en scène des modèles mythiques et des courses de légende.

La force de cet artiste est de pouvoir également utiliser cet œil acéré pour illustrer le geste cycliste…

Son coup de crayon précis retranscrit la fusion qui unit le corps et la mécanique. Cette symbiose qui fait avancer la machine et crée la légende du champion. Les œuvres cyclistes de Guy Allen sont ancrées dans le mouvement, dans l’émotion et dans les couleurs. Le geste est aérien. La vitesse est vertigineuse. L’ambiance des abords de la route est palpable. La détermination et le panache s’expriment sur le visage du coureur. Le vélo, quant à lui, semble lancé dans une course effrénée. On frôle le réalisme photographique en profitant d’une poésie graphique.

Si Guy Allen avait connu Louison Bobet, nul doute qu’il se serait inspiré de l’élégance de son pédalage. Louison était la beauté cycliste. Dans les instants de souffrance, il gardait la tête haute et le corps droit. Cette allure lui valait l’admiration de la foule et du peloton. Sa silhouette, au sommet des grands cols, sublimait le panorama. La force de son regard et le mouvement agile de son corps hypnotisaient la foule. Son buste, enserré dans un maillot aux larges bandes, semblait ne jamais devoir manquer de souffle. C’est dans cet esprit, dans cet héritage fier, que la marque Louison Bobet développe aujourd’hui des équipements qui confèrent de l’allure unique et permettent d’imaginer être, un jour, le modèle d’une photo de reporter ou d’une illustration de Guy Allen.

«Ce genre d'inspiration»

--

Illustrations : Guy Allen

WebsiteInstagram

Histoires associées

En 1952 comme en 2018, Paris-Nice marque le début de la saison des courses à étapes majeures. Retour en histoire et en mots sur la Course au Soleil comme on aime l’appeler…

Lire

Si, comme nous, vous cultivez votre pratique cycliste bien au-delà du macadam, découvrez cette expérience hors norme racontée par Nicolas Lormeau sur la scène de la Comédie Fr [...]

Lire

Quand un véritable passionné de vélo sur le long court, met à profit son talent et son énergie au profit de l'âge d'or du Tour, cela donne un nouvel ouvrage à découvrir maintenant…

Lire

La 101e édition du Giro d’Italia s’est élancée pour trois semaines de course le 4 mai dernier. Retour sur les faits marquants de la carrière du champion face à cet autre monument…

Lire